Leur BPJEPS en poche, elles ont découvert l’animation version allemande

Publié le par Cemea de Basse Normandie

Leur BPJEPS en poche, elles ont découvert l’animation version allemande

Trois mois d’immersion. C’est l’expérience que Meghann, Clemmie, Sophie et Sandrine sont allées vivre à Hambourg, en Allemagne.

Les quatre jeunes femmes, fraichement diplômées d’un BPJEPS Loisirs tous publics avec les Ceméa de Basse-Normandie, ont intégré le dispositif Erasmus +, permettant à des stagiaires de partir à la découverte d’un nouveau pays, d’un autre mode de vie et de nouvelles pratiques professionnelles.

Que ce soit auprès d’enfants, de jeunes femmes ou à l’intérieur de campements de réfugiés, elles ont pu observer et animer différents ateliers. Barrière de la langue et nouveaux visages obligent, « au début on tâtonne, on tente de proposer des choses, explique Clemmie. Puis la complicité s’installe ».

Une autre conception de l’animation

Chacune dans leurs structures, elles ont néanmoins été marquées par une même chose : l’autonomie laissée aux enfants. « Là-bas, ce n’est pas l’animateur qui propose une activité, décrit Meghann. Il est là en appui, pour encadrer. »

Dès lors, premier constat : « Pas facile de trouver sa place au départ », confirme Sophie. Ni « d’amener les publics qu’on reçoit à faire des choses nouvelles, les intéresser à une autre activité », ajoute Clemmie. Pourtant pour Sandrine, pas de doute : « A l’avenir, je vais essayer de m’inspirer davantage de cet accueil libre. En mixant un peu des pratiques allemandes et françaises ! »

Toutes les quatre l’affirment, elles sont revenues « plus riches » de ce séjour en Allemagne. D’un point de vue professionnel bien sûr, mais aussi personnel. « Ça m’a donné envie de continuer à voyager », sourit Sandrine. Sophie, elle, a déjà en poche « un billet pour Hambourg, en août ».

Commenter cet article